Organisations en France et Internationalisme

Posté par revolutionblogger le 20 décembre 2008

Quatrième Internationale – Secrétariat unifié

Le Secrétariat unifié est fondé en 1963 suite à la réunification des deux principaux courants trotskistes se revendiquant de la Quatrième Internationale :

le « Secrétariat International de la Quatrième Internationale » (QISI) et le « Comité International de la Quatrième Internationale » (QICI).

Le « Secrétariat unifié » est l’organisme dirigeant de l’Internationale de 1963 à 2003, date à laquelle il est remplacé par un « Bureau Exécutif » et un « Comité International », lui permettant une meilleure marge de manœuvre.

Le « Secrétariat unifié » est la plus grande des internationales trotskistes en termes de militants et de pays couverts. Ses sections les plus importantes se trouvent en France (Ligue communiste révolutionnaire), en Suède (Socialistiska Partiet), aux Philippines (Rebolusyonaryong Partido ng Manggagawa – Mindanao) et au Sri Lanka (Nava Sama Samaja Pakshaya).

Organisations membres du LIT-QI (Ligue Internationale des Travailleurs – Quatrième Internationale)

Frente Obrero Socialista – FOS (Argentine) Groupe Socialiste Internationaliste – GSI (France) – publique L´Internationaliste

International Socialist League – ISL (Grande-Bretagne)

Ligue Communiste des Travailleurs – LCT (Belgique) – publie Presse Internationale

Lucha Internacionalista (Seção Simpatizante) – LI (Espagne)

Movimento al Socialismo – MAS (Costa Rica)

Movimento al Socialismo – MAS (Equador)

Partito di Alternativa Comunista – Pd´AC (Italie) – (Entré en Janvier/2007). Publique Progetto Comunista

Partido Socialista dos Trabalhadores Unificado – PSTU (Brésil)

Partido Revolucionário de los Trabajadores – PRT (Chile)

Partido Revolucionário de los Trabajadores- Izquierda Revolucionaria – PRT IR (Espagne)

Partido de los Trabajadores – PT (Paraguai)

Partido Socialista de los Trabajadores – PST (Pérou)

Frente de Esquerda Revolucionária – Ruptura/FER (Portugal)

Liga Socialista de los Trabajadores – LST (Repúblique Dominicane)

Devrimci Isci – DI (Turquie)

 

Organisations membres de la Fraction Trotskiste – Quatrième Internationale

Partido de los Trabajadores Socialistas (Argentine)

Clase Contra Clase (Espagne)

Estrategia Revolucionaria (Brésil)

Liga de Trabajadores Socilaistas- Contracorriente (Mexique)

Groupe CRI (section sympathisante, France)

Organisations membres ou proches de l’Union Communiste Internationaliste

Antilles : Combat Ouvrier

Afrique : Union Africaine des Travailleurs Communistes Internationalistes

Espagne : Lucha de Classe

États-Unis d’Amérique : The Spark

France : Lutte Ouvrière

Haïti : Organisation Révolutionnaire des Travailleurs

Royaume-Uni : Workers Fight

Turquie : Sinif Mucadelesi

Organisations membres de « la Quatrième Internationale » (« Communistes Internationalistes » « Lambertiste »)

France : Courant Communiste Internationaliste, intégré au Parti des Travailleurs (PT).

France : Alliance des jeunes pour la révolution (AJR) (section française de l’Internationale Révolutionnaire de la Jeunesse (IRJ)).

Brésil : O Trabalho, Section Brésilienne et tendance CCI dans le Parti des Travailleurs (PT) du Brésil.

Brésil : Juventude Revolução (sections brésilienne de l’Internationale révolutionnaire de la jeunesse).

Mexique : Partido de trabajadores democrático independiente.

États-Unis : Socialist Organizer.

États-Unis : Revolution Youth (sections américaine de l’Internationale révolutionnaire de la jeunesse).

Espagne : Partido Obrero Socialista Internacionalista.

Espagne : Organization Revolucionaria de la Juventud (sections espagnole de l’Internationale révolutionnaire de la jeunesse).

Portugal : Partido Operário de Unidade Socialista.

Roumanie : Asociaţiei pentru Emanciparea Muncitorilor.

Suisse : Organisation socialiste des travailleurs.

Publié dans docs en stock | Pas de Commentaire »

Les fondements programmatiques de LO

Posté par revolutionblogger le 19 décembre 2008

Les fondements programmatiques de notre politique (20/10/2003)

Le texte publié ci-dessous a été adopté par le 33ème congrès de Lutte Ouvrière, les 6-7 décembre 2003. La totalité des textes discutés lors de ce congrès a été publié dans le numéro 77 de la revue Lutte de Classe que vous pouvez consulter en ligne sur le site de l’Union Communiste Internationaliste.

En 1848, Marx et Engels écrivaient dans le Manifeste du parti communiste : « Le caractère distinctif de notre époque, de l’époque de la bourgeoisie, est d’avoir simplifié les antagonismes de classe. La société se divise de plus en plus en deux vastes camps ennemis, en deux grandes classes diamétralement opposées : la bourgeoisie et le prolétariat ».

C’est sur cette assertion capitale, vérifiée par plus d’un siècle et demi de développement historique, que se fondent le programme et la pratique des révolutionnaires prolétariens.

Dès l’aube du XVIe siècle, le développement de la bourgeoisie, de la production manufacturière, avec le commerce vers les Amériques, l’Afrique et les Indes, ont entraîné l’extension du commerce mondial, souvent sous la forme du pillage et, en retour, la création d’un marché intérieur et mondial.

L’industrialisation provoqua un exode des campagnes vers les villes, une urbanisation croissante et l’apparition du prolétariat industriel s’entassant près des lieux de production dans des taudis insalubres avec des conditions de travail abominables.

C’est avec la révolution industrielle au tout début du XIXe siècle que le marché mondial s’est développé considérablement et que l’industrialisation de l’Europe occidentale, puis de la côte est des États-Unis, a créé une véritable division internationale du travail et donné naissance au prolétariat moderne.

Le développement des capacités de production tant industrielle qu’agricole, lié au développement de la bourgeoisie, a créé les fondements économiques susceptibles de satisfaire tous les besoins tant physiques que matériels et intellectuels de toute la population mondiale.

Il est d’ores et déjà possible de construire un monde débarrassé de la faim, de la misère, de l’exploitation et de l’aliénation. Ce sera cette société communiste à laquelle nous voulons oeuvrer… btn1181948126.png

Publié dans docs en stock | Pas de Commentaire »

Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen

Posté par revolutionblogger le 15 décembre 2008

Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen

Le peuple français, convaincu que l’oubli et le mépris des droits naturels de l’homme, sont les seules causes des malheurs du monde, a résolu d’exposer dans une déclaration solennelle, ces droits sacrés et inaliénables, afin que tous les citoyens pouvant comparer sans cesse les actes du gouvernement avec le but de toute institution sociale, ne se laissent jamais opprimer, avilir par la tyrannie ; afin que le peuple ait toujours devant les yeux les bases de sa liberté et de son bonheur; le magistrat la règle de ses devoirs; le législateur l’objet de sa mission. 

En conséquence, il proclame, en présence de l’Etre suprême, la déclaration suivante des droits de l’homme et du citoyen.

Bon on passe les articles 1 à 34

Article 35. Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

Analyse de l’article: Ben ça, ça veut dire que une bande de quidam n’est pas obligé dêtre d’accord avec tout le monde, dans tous les cas avec la majorité, pour se révolter dans la mesure où ces sus-quidam estiment que le pouvoir viole ses droits fondamentaux. Par exemple le droit de vivre dignement, de loger dignement, de manger dignement…

Tiens tout ça me rappelle les travailleurs pauvres, les sans-abris et mal-logés, bénéficiares des resto du coeur…..  

Publié dans docs en stock | Pas de Commentaire »

12
 

Point d'union des algériens... |
Site officiel de l'Hôtel de... |
lianejuridique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Non à la fermeture du CREPS...
| sectionlocalepslvsr
| ahmed remaoun